Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

HONcode

 

Recherche

Financement et publicité

Ce site est hébergé gratuitement. Il ne bénéficie pas de financement publicitaire, ni de financement extérieur.

Il n'accepte pas  de publicité et ne reçoit pas de fonds publicitaires.

Ce site n'accepte aucune forme de publicité,  y compris dans le contenu des articles et des commentaires, ni sous forme de bannière ou de liens.

Archives

Quadrature

Ce site vise à publier des résultats de recherche d'un groupe de formation continue de médecins généralistes. Il s'adresse aussi bien aux professionnels de santé qu'au grand public. Les informations publiées n'entendent pas  remplacer la relation entre un patient et son médecin.

 

L'information présentée sur le site est rédigée par des médecins généralistes.

La modération des échanges sur le site ( articles et commentaires )  est réalisée par un médecin généraliste qui vise tout texte avant publication ( article ou commentaire). Le modérateur  se réserve le droit  d'effacer un contenu inapproprié (injurieux, diffamatoire, ou même insuffisament argumenté et référencé sur le plan scientifique), et ce de manière immédiate le cas échéant.

Evidemment les auteurs, commentateurs et modérateur s'obligent au respect et à l'honnêteté.

 

Il est demandé autant que faire ce peut  que les textes proposés indiquent les sources des données médicales avant diffusion.

 

14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 18:28

 assemblée par Maxim Dmitriev ( photo by Maxim Dmitriev)

 

Au-delà des rencontres enrichissantes entre les diverses personnalités du groupe, le groupe de pairs défini par un mode de travail particulier (échange de pratiques, pas de hiérarchie interne ni soumission à un expert, exercice de la pensée critique, confrontation des pratiques aux référentiels « officiels », etc ...) apporte un regard spécial sur l’exercice quotidien des médecins généralistes. Il développe les capacités à argumenter les décisions, à savoir les expliquer et les promouvoir auprès des patients comme des confrères. Il développe également une exigence de niveau de preuves explicite pour les actes médicaux.

 

Pour autant, comme tout travail de groupe, par sa projection sur la durée et par sa méthodologie répétitive (casuistique aléatoire par exemple), il peut finir par lasser ses membres.

Le contexte actuel de dévalorisation de l’acte intellectuel et même clinique, la marchandisation de la médecine, la confrontation quotidienne entre l’effort personnel de remise en question, de formation continue exigeante et l’absurdité apparente de certaines politiques de santé publique dans notre pays participent certainement aussi à la lassitude ressentie par les membres d’un groupe de pairs.

 

 

Recherche bibliographique : pas de données trouvées sur l’évolution, les difficultés ou la durée des groupes de pairs de médecins généralistes.

 

19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 15:30

398px-20091212 Gkaintes Didymoteixo Evros 4 by Ggia

photo by Ggia 

 

 

              Le traitement de fond de l’asthme se base sur une gradation thérapeutique en fonction de la sévérité de la maladie : pas de traitement pour l’asthme intermittent (sauf beta2-stimulant de courte durée d’action en cas de crise), corticoïde inhalé  à dose adaptée selon la sévérité pour l’asthme persistant, voire corticoïde oral en cas d’asthme persistant sévère ou non contrôlé par les corticoïdes inhalés.

 

Certains auteurs préconisent des anti-leucotriènes dans l’asthme persistant modéré léger à modéré insuffisamment contrôlé,  ou des anticorps monoclonaux anti-IgE dans l’asthme allergique persistant sévère : deux thérapeutiques dont le bénéfice clinique est remis en cause par d’autres sources.

 

Les  beta2-stimulants d’action prolongée seraient à réserver aux situations de contrôle insuffisant des symptômes nocturnes, et devraient toujours être associés à un corticoïde inhalé. Ils sont donc indiqués en traitement de fond.

Cependant une association de corticoïde inhalé et de beta2-stimulant de longue durée d’action (formotérol+budesonide) a obtenu une indication en traitement continu de fond, et pour soulager les symptômes d’asthme.



 

                                                    En tout état de cause, le traitement de référence de la crise d’asthme, de l’exacerbation de l’asthme, ou du bronchospasme aigu repose sur les beta2-stimulants de durée d’action brève et éventuellement la corticothérapie orale ou injectable. La corticothérapie inhalée et les beta2-stimulants de longue durée d’action n’ont pas leur place dans ce cadre.

 

Sources :

1.http://www.lignesdirectricesrespiratoires.ca/sites/all/files/cts_asthma_consensus_summary_2010_fr.pdf

2.Global Strategy for Asthma Management and Prevention ; 2005 : NIH 02-3659. Available from : http://www. ginasthma.org

3.Recommandations suisses romandes sur la prise en charge de l’asthme de l’adulte
Article de P. Taramarcaz O. Rutschmann O. Hugli T. Rochat A. Leimgruber A. Sauty C. Hauser J.-P. Janssens

Revue Médicale Suisse N° 62 publiée le 19/04/2006

http://titan.medhyg.ch/mh/formation/article.php3?sid=31261 

4.Prescrire 1er juillet 2007

 

27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 09:21

 

                                                            

 

  Martirio di Sant%27Agata- photo by stefano bolognini 

                                                (photo by stefano bolognini)

 

 

 

-7 à 8% des femmes atteintes d’un cancer du  sein ont la mutation du gène BRCA1   ou BRCA2, cela représente 1 femme sur 200 dans la population générale.

-La recherche de cette mutation (consultation d’oncogénétique)  ne peut se faire que s'il y a encore un cas index- donc une personne  atteinte- vivant.

-Pour les porteuses de cette mutation, le risque de développer un cancer du sein est très élevé  (le risque de développer un cancer de l’ovaire est aussi plus élevé que dans la population générale), ceci dès l'âge de 30 ans, avec un pic de risque maximal entre 40 et 50 ans

 

-La mastectomie prophylactique (associée à l'ovariectomie pour les femmes ne souhaitant plus d'enfants) effondre ce risque à ... 3%

- Certaines équipes testent la mise sous tamoxifène versus mastectomie/ovariectomie, (résultats en attente…)                                               

 

-Se pose le problème de l'acceptabilité  de la  décision d’une mastectomie.

Beaucoup de femmes jeunes recourant à cette intervention demandent une reconstruction immédiate, qui est source de complications dans 50% des cas, pour un résultat à terme de 36% d'échecs (gangue fibreuse autour des prothèses, donnant un aspect de sein rétracté très inesthétique, suppurations, ...); jusqu’à 70% des patientes doivent être réopérées.

 

- Alternative à l'intervention : surveillance renforcée : examen clinique dès l’âge de  20 ans 2 à 4 fois par an (selon les sources), et dès l’âge de 30 ans : mammographie 1 fois par  an, échographie mammaire 1 à 2 fois  par an (selon les sources) ; biopsies au moindre doute, et  IRM 1 fois par an.

La dangerosité supposée des doses  cumulées de radiation apportées par les mammographies répétées serait réduite depuis les nouvelles techniques de numérisation obligatoires dans les centres de radiologie agrées pour les mammographies en France.

L’IRM est probablement la technique la moins  iatrogène, mais occasionnerait un nombre non-négligeable de faux négatifs, ce qui ne permet pas de se dispenser de la mammographie. L’IRM peut entraîner jusqu’à 20 % de recommandation de ponctions ou biopsies ou de suivi encore plus rapproché lors du premier examen.

 

-Concernant le risque ovarien, il est recommandé une  échographie pelvienne annuelle après 35 ans. L’ovariectomie simple diminuerait de 1/3 le risque de cancer du  sein (mais avec le corollaire d’une ménopause précoce).

 

- Une autre question est aussi : Que fait-on pour les  filles adolescentes de ces femmes porteuses de la mutation ? Quelle incidence sur la contraception ? (augmentation du risque de carcinogénèse par apport d’estrogènes ?)

 

 

Une source :

Comité d’Oncogénétique de l’Institut National du Cancer (avril 2009)

 

 

 

 

 17/09/2012 : Note additionnelle :
Le sur-risque de cancer par exposition précoce aux radiations des mammographies de dépistage ( notamment avant l'àge de 30 ans) semble se confirmer chez les femmes à haut risque de cancer du sein.

Exposure to diagnostic radiation and risk of breast cancer among carriers of BRCA1/2 mutations: retrospective cohort study (GENE-RAD-RISK)
BMJ 2012; 345 doi: 10.1136/bmj.e5660 (Published 6 September 2012)
Cite this as: BMJ 2012;345:e5660

6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 09:19

photo by kuyman

jeune fille ballon by kuyman


 

Les avantages de la ventilation manuelle au masque (ballon auto-remplisseur à valve unidirectionnelle, communément « Ambu ») par rapport au bouche-à-bouche :

-          Plus  hygiénique

-          Moins fatigant pour le soignant

-          Air insufflé au patient plus riche en O² (21%) que l’air expiré par le secouriste dans un bouche-à-bouche (16%) [le plus souvent un apport supplémentaire en O²  est cependant nécessaire, par raccord direct au ballon, dans les cas de détresse respiratoire aiguë].

 

Donc la ventilation au ballon est  à utiliser préférentiellement au bouche-à-bouche, dès que possible.

 

Sources : cours de formation initiale en santé, sans niveau de preuves explicite

 

 

 


 

11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 16:14

panda exhausted

 

Quelques rappels :

 

Eléments diagnostiques :

Clinique : asthénie, amaigrissement, hypotension artérielle (en particulier orthostatique), nausées, vomissements, diarrhée, perte de force musculaire (pigmentation dans la maladie d’Addison, c’est-à-dire insuffisance périphérique, avec réaction d’hypersécrétion ACTH centrale stimulant les mélanocytes), et si forme aiguë : choc par hypo-volémie, déshydratation, fièvre, douleurs abdominales

Biologie : hyponatrémie, hyperkaliémie, acidose, hémoconcentration, hypoglycémie, cortisol effondré, ACTH élevée si origine périphérique, Activité Rénine Plasmatique élevée

 

Eléments étiologiques :

tuberculose (forme tertiaire), auto-immune (rétraction de la corticale), tumorale (métastases), HIV, mycoses invasives, hémorragie dans le syndrome des anti-phospho-lipides,

 

Insuffisance corticotrope seule :

Clinique : pâleur, asthénie, perte de poids, anorexie, hypotension artérielle et dépilation des aisselles et du pubis

Etiologie : insuffisance hypophysaire  par une lésion tumorale hypophysaire ou hypothalamique, par maladie inflammatoire ou une autre cause locale : chirurgie, radiothérapie,  ou secondaire à une corticothérapie (dose supérieure à 10mg d’équivalent prednisolone pendant plus de quelques semaines) qui met au repos la production d’ACTH.

 

 

Parmi les sources :

©Collège des Enseignants d’Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

http://www.unilim.fr/medecine/formini/endocrinologie/endopdf/255_1204.pdf

29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 14:09

 

 

                                                                                                                                                                               (photo par hickety pickety)

 

thermomètre kitsh par hickety picketyLes différents thermomètres (rectal, auriculaire, cutané) offrent tous le même niveau de fiabilité en ce qui concerne leur technique propre de mesure ( précision, fiabilité, reproductibilité).

Mais des différences dans les résultats de mesure peuvent s'observer en raison de la manière dont ils sont employés.

 

La voie rectale est communément admise comme la plus proche de la température centrale. Cependant la température mesurée par voie rectale  semble souvent plus lente à se normaliser que la température centrale réelle en phase de défervescence thermique ( risque de conclure à une fièvre prolongée pour une température réelle normale ).

La voie cutanée externe expose à des variations en fonction du site d'application du thermomètre et des conditions extérieures ( climat, chauffage de l'habitat).

La voie auriculaire nécessite de pouvoir mesurer effectivement la température du tympan, et non celle de la paroi du conduit auditif, ce qui pose un problème chez les jeunes enfants ( conduits auditifs étroits). Par ailleurs certains auteurs affirment quela température du tympan lui-même est modifiée par la présence d'une inflammation ou d'une infection de l'oreille moyenne, ce qui est démenti par d'autres auteurs.                                                                                                                                   

 

Enfin entrent en ligne de compte la rapidité de la mesure, et l'entretien nécessaire entre deux mesures ( désinfection, etc).

tous les auteurs s'accordent pour renoncer aux thermomètres à mercure en raison des risques pour l'environnement et la santé.

 

Donc, les présupposés scientifiques des appareils de mesure de la température sont tous valides, mais les condtions techniques de réalisation de la mesure, et la praticité sont des arguments prépondérants de choix.

 

 

Quelques sources :

1.  IR ear thermometers:  what do they measure and how do they comply wiht the EU technical regulation ?

Physiol Meas. 2004 Jun;25(3): 699-708

Pusnik I, van der Ham E, Drnovsek J.

 

2. La mesure de la température en pédiatrie

Comité de la pédiatrie communautaire, Société canadienne de pédiatrie

N° de réf : CP 00-01

( réapprouvé en février 2009)

 

3. J Med Eng Technol. 2006 Jul-Aug; 30 (4): 212-7

Traceability and calibration in temperature measurement : a clinical necessity

Simpson R, Machin G, McEvoy H, Rusby R

 

4. Prescrire N°237 mars 2003 p 219-220

Fièvre : le thermomètre auriculaire est peu fiable chez l'enfant

           

 

28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 10:15

attelle by Nick DeWolf

 

 

 

 

 

 

( photo by Nick DeWolf)

 

 

 

Le port d’une attelle du genou est souvent préconisé après traumatisme récent, en cas de suspicion de lésion ligamentaire notamment, après avoir exclu une lésion osseuse. L’objectif visé est de stabiliser l’articulation pour empêcher l’aggravation des lésions et réduire la douleur, ce qui semble logique d’après l’anatomie du genou et la physiopathologie des entorses.

Cette indication est largement reprise dans la pratique et enseignée aux étudiants. Elle ne repose pas sur des recommandations, elle n’a pas été comparée au repos strict sans contention mécanique par attelle par exemple (notamment sur le plan des effets secondaires éventuels du port de l’attelle).

Certains auteurs préconisent le port de l’attelle pour les lésions des ligaments croisés et la déconseillent pour les luxations/sub-luxations rotuliennes.

Recherche documentaire : Cismef, HAS, NICE guidelines, Pubmed, Prescrire, Drefc( Diffusion des recommandations francophones en consultation de médecine générale)

 

28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 10:13

genou by tamelyn

 ( photo by tamelyn)

 

 

 

Manœuvre de Lachman

 

 

Pour rechercher une lésion du LCA (avec la manœuvre du pivot et la manœuvre du tiroir antérieur):

 

Le patient est allongé sur le dos.

Le membre inférieur examiné est mis en légère rotation externe, genou légèrement fléchi (20-30°), le talon reposant sur la table d’examen.

Maintenir fermement l’extrémité inf de la cuisse du patient d’une main; avec l’autre main, pouce posé sur la tubérosité tibiale antérieure, exercer une traction vers le haut de l’extrémité proximale de la jambe.

On évoque une lésion du LCA si la traction du genou ne provoque pas un arrêt en butée franche, mais plutôt une sensation de freinage progressif , ou lorsque la translation antérieure du tibia est manifestement importante par rapport à l'autre genou sain

 

28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 10:11

girlsgroup de starg82343

                                                                                       (photo by starg82343)

 

 

 

Les femmes infectées par le VIH ont un risque plus élevé d’infection par les papillomavirus

et de cancer du col de l’utérus. Elles doivent donc  pouvoir bénéficier de la vaccination contre les papillomavirus, et ceci selon les mêmes modalités que les autres femmes.

La vaccination doit s’accompagner de la poursuite du dépistage par frottis du col utérin selon les recommandations.

Source :

Rapport du Groupe d’Experts 2008 sur la prise en charge médicale des patients infectées par le VIH, sous la direction du Pr Patrick Yeni

19 août 2008

 

 

 

 

                                                                                                                                           

 

 

 

 

 

18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 14:54
wet body- par retroperspectiva(photo par  Retroperspectiva)

Traitement de l’hyperhydrose 

Par ordre croissant d’intervention :

- anti-transpirants

- topiques à base de sels d’aluminium

- injection de toxine botulique A

- sympathectomie chirurgicale

 

Sources :

1. Antranik Benohanian, MD, FRCPC

Université de Montréal.

conférence : L’hyperhidrose focale,

2. HAS,  2006

Articles Récents

Respect de la vie privée

Aucune mention relative à la vie privée, à l'état de santé personnel, au autre information confidentielle ne sera publiée sur ce site; notamment dans les commentaires des articles écrits par les visiteurs.

Les auteurs s'engagent à respecter les exigences légales de la protection des données personnelles et des informations médicales en vigueur en France.

Liens