Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

HONcode

 

Recherche

Financement et publicité

Ce site est hébergé gratuitement. Il ne bénéficie pas de financement publicitaire, ni de financement extérieur.

Il n'accepte pas  de publicité et ne reçoit pas de fonds publicitaires.

Ce site n'accepte aucune forme de publicité,  y compris dans le contenu des articles et des commentaires, ni sous forme de bannière ou de liens.

Archives

Quadrature

Ce site vise à publier des résultats de recherche d'un groupe de formation continue de médecins généralistes. Il s'adresse aussi bien aux professionnels de santé qu'au grand public. Les informations publiées n'entendent pas  remplacer la relation entre un patient et son médecin.

 

L'information présentée sur le site est rédigée par des médecins généralistes.

La modération des échanges sur le site ( articles et commentaires )  est réalisée par un médecin généraliste qui vise tout texte avant publication ( article ou commentaire). Le modérateur  se réserve le droit  d'effacer un contenu inapproprié (injurieux, diffamatoire, ou même insuffisament argumenté et référencé sur le plan scientifique), et ce de manière immédiate le cas échéant.

Evidemment les auteurs, commentateurs et modérateur s'obligent au respect et à l'honnêteté.

 

Il est demandé autant que faire ce peut  que les textes proposés indiquent les sources des données médicales avant diffusion.

 

11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 16:14

panda exhausted

 

Quelques rappels :

 

Eléments diagnostiques :

Clinique : asthénie, amaigrissement, hypotension artérielle (en particulier orthostatique), nausées, vomissements, diarrhée, perte de force musculaire (pigmentation dans la maladie d’Addison, c’est-à-dire insuffisance périphérique, avec réaction d’hypersécrétion ACTH centrale stimulant les mélanocytes), et si forme aiguë : choc par hypo-volémie, déshydratation, fièvre, douleurs abdominales

Biologie : hyponatrémie, hyperkaliémie, acidose, hémoconcentration, hypoglycémie, cortisol effondré, ACTH élevée si origine périphérique, Activité Rénine Plasmatique élevée

 

Eléments étiologiques :

tuberculose (forme tertiaire), auto-immune (rétraction de la corticale), tumorale (métastases), HIV, mycoses invasives, hémorragie dans le syndrome des anti-phospho-lipides,

 

Insuffisance corticotrope seule :

Clinique : pâleur, asthénie, perte de poids, anorexie, hypotension artérielle et dépilation des aisselles et du pubis

Etiologie : insuffisance hypophysaire  par une lésion tumorale hypophysaire ou hypothalamique, par maladie inflammatoire ou une autre cause locale : chirurgie, radiothérapie,  ou secondaire à une corticothérapie (dose supérieure à 10mg d’équivalent prednisolone pendant plus de quelques semaines) qui met au repos la production d’ACTH.

 

 

Parmi les sources :

©Collège des Enseignants d’Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

http://www.unilim.fr/medecine/formini/endocrinologie/endopdf/255_1204.pdf

Repost 0
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 16:46

( Photo : Malias )

 

 

 

 










Les objectifs du traitement dans le diabète de type 2  sont centrés sur la normalisation glycémique (et le contrôle des facteurs de risque cardiovasculaire associés) : 

Cette prise en charge passe d’abord par des mesures diététiques et d’exercice physique. Elle peut suffire chez un certain nombre de patients, et pour un certain temps. Si l’objectif de normalisation glycémique n’est pas atteint, il est alors  licite de recourir à des traitements médicamenteux.

 

Quelques extraits de publications :

 

 

1. Recommandations sur le traitement du diabète de type 2

Déclaration de consensus de la Société Suisse d’Endocrinologie-Diabétologie

Forum Med Suisse 2009;9(3):50–55

 

L’adaptation des habitudes de vie est une mesure thérapeutique essentielle chez tout diabétique de type 2.[…] L’adaptation des habitudes inclut un apport calorique réduit dans le cadre d’une alimentation saine et équilibrée ainsi qu’un exercice physique régulier […].

Ces mesures permettent initialement une nette amélioration de la glycémie et une réduction de l’HbA1c qui peut aller jusqu’à 2% . L’adaptation du mode de vie a des effets bénéfiques non seulement sur la glycémie, mais aussi sur les facteurs de risque cardiovasculaires souvent présents  chez ces patients (hypertension, dyslipidémie).

 

La mise en oeuvre pratique de ces recommandations étant souvent difficile, nous recommandons des programmes complets pour la réduction non-chirurgicale du poids et la promotion des activités physiques. Les différentes mesures d’adaptation des habitudes ne permettent que chez 10 à 20% de tous les diabétiques de type 2 un contrôle adéquat durable de la glycémie . Par  conséquent, il faut y ajouter suffisamment tôt un traitement médicamenteux.

 

 

 

 

 

2. HAS, Novembre 2006, Recommandation professionnelle, traitement médicamenteux du diabète de type 2

 

Objectifs idéaux du traitement du diabète de type 2

La prévention et le traitement de la micro-angiopathie et de la macro-angiopathie diabétiques reposent

sur :

_ Des mesures hygiéno-diététiques, l’exercice physique, une perte de poids

_ La recherche de la normalisation glycémique définie par une hémoglobine glyquée

(HbA1c) inférieure à 6,5 % (pour une norme du sujet sain allant jusqu’ à 5,5 ou 6 %)

_ Une prise en charge précoce et stricte des cofacteurs de risque

[…]

Stratégie thérapeutique pour obtenir la normalisation glycémique

L’objectif général chez les patients dont l’espérance de vie justifie une prévention des

complications de micro et de macro-angiopathie grâce à un bon équilibre glycémique, est

l’obtention d’une HbA1c inférieure à 6,5 %.

[…]

Traitement initial : lorsque le diabète est découvert à un stade précoce

Il est recommandé de rechercher d’emblée et de maintenir durablement la quasi normalisation glycémique en retenant un objectif d’HbA1c < 6.5 %.

Le programme alimentaire et l’activité physique constituent la pierre angulaire du traitement

initial du diabète.

 

(N.B. : Par ailleurs, la recommandation HAS elle-même peut  faire l’objet de critiques notamment sur les valeurs  des seuils d’intervention et des valeurs cibles, et sur le choix de certaines thérapeutiques médicamenteuses)

 

 

 

3. Centre Belge d’Information pharmaco-thérapeutique

.Fiche de Transparence PRISE EN CHARGE DU DIABETE DE TYPE 2 – JANVIER 2008

 

Le traitement a pour objectif de réduire la mortalité liée au diabète, de prévenir les complications à long terme (rétinopathie, insuffisance rénale grave, AVC, amputation,…) et de conserver ou d’améliorer la qualité de vie. A cette fi n, il convient non seulement de contrôler la glycémie, mais aussi de prendre en charge également les autres facteurs de risque cardio-vasculaires tels que le tabagisme, les troubles lipidiques, l’hypertension, l’obésité et la sédentarité.

[…]

Mesures diététiques

Dans 10 à 20% des cas de diabète de type 2 récemment diagnostiqués, un contrôle adéquat de la glycémie peut être obtenu, parfois temporairement, uniquement par une restriction calorique.

[…]Un traitement médicamenteux s’est avéré ultérieurement quand même nécessaire chez 2/3 des patients

 

 

 

4. La Revue Prescrire Juin 1999 Tome 19 N° 196

 

Les traitements hypoglycémiants ont une place dans le traitement des diabétiques de type 2  âgés de 25 à 65 ans, si les glycémies ne sont pas maîtrisées par une intervention diététique
Repost 0
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 09:45
 

L’utilisation du dosage de  HbA1c  dans le diagnostic du diabète de type 2 n’est pas recommandée

Ci-dessous : deux extraits de publications

1.

Revue Médicale  Suisse N°22 publiée le 01/06/2005

Dépistage et  diagnostic du diabète de type 2 : quels tests ?

Article de M.Procopiou

 

Peut-on utiliser l'hémoglobine glyquée (HbA1c) ?

L'utilisation de l'HbA1c est séduisante car elle ne dépend pas de la prise alimentaire immédiate. Certains auteurs recommandent son usage car ce test offre en même temps une indication diagnostique, thérapeutique et pronostique. Dans deux collectifs américains, parmi les patients avec une perturbation de la glycémie à jeun (entre 6,1 et 6,9 mmol/l) environ 14% avaient une HbA1c anormale (entre 6,2 et 7,1%) et environ 5% une HbA1c M 7,2%. Dans une étude prospective de dépistage, le BMI et l'HbA1c ont permis de prédire le risque de développer un diabète durant un suivi de trois ans après une glycémie plasmatique initiale > 7 mmol/l. Le risque de développer un diabète était très faible (0,8/100 personnes-année) pour les sujets avec une HbA1c de départ <5,5%. Il était augmenté (2,5/100 personnes-année) pour une HbA1c entre 5,6% et 6,0% et plus élevé (7,8/100 personnes-année) pour une HbA1c entre 6,1% et 6,9%.

Le dosage a ses limites (faux négatifs lors de certaines anémies et hémoglobinopathies) et n'est actuellement pas standardisé. Ces limitations font que ce test, bien que souvent utilisé, n'est pas officiellement recommandé à titre diagnostique. Il existe un programme de standardisation (National Glycohemoglobin Standardization Program) qui a validé certaines méthodes de dosages. Les résultats donnés par ces techniques sont fiables et comparables à ceux utilisés dans les grandes études DCCT (Diabetes Control and Complications Trial) et UKPDS (United Kingdom Prospective Diabetes Study).

 

2. 29/02/2000  Société  Scientifique de Médecine Générale  Diabète de type 2

Hémoglobine glyquée.

L’hémoglobine glyquée (HbA1c), anciennement hémoglobine glycosylée, est un bon critère de

suivi du diabète traité, mais n’est pas recommandée comme moyen diagnostique du diabète.

Les valeurs normales de référence de l’hémoglobine glyquée se situent entre 4,5 et 6,2 % (13)

mais peuvent bien sûr varier d’un laboratoire à l’autre.

 

Autres références : (qui évoquent spécifiquement  l’évaluation de la mesure de HbA1c  dans le diagnostic de diabète de type 2)

Diagnosis and Classification of Diabetes Mellitus

Diabetes Care January 2009 vol. 32 no. Supplement 1 S62-S67

 

ADA American Diabetes Association : Clinical Practice Recommandations 2009

 

Repost 0
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 17:27

Un nodule thyroïdien est  amené à être ponctionné dans un but  diagnostique si son diamètre dépasse un centimètre.
(Niveau de preuves inconnu en dehors du consensus professionnel).

Si le prélèvement est pauci-cellulaire, il doit être répété afin d'être interprétable.
Repost 0
15 juin 2007 5 15 /06 /juin /2007 09:07

Hypertriglycéridémies pures

L’élévation isolée des concentrations sériques des triglycérides entre 1,5 et 4 g/l, nécessite avant tout un traitement diététique spécifique (réduction pondérale associée à une activité physique, réduction des glucides simples, réduction de la consommation d’alcool). Cependant, en cas d’hypertriglycéridémie pure (exclusive) réfractaire à la diététique, le recours aux fibrates semble justifié si les concentrations sériques des triglycérides restent au-delà de 4 g/l

Une HTG ne constitue pas, lorsqu'elle est isolée (c’est-à-dire en l'absence d'obésité, de diabète ou de HDL cholestérol bas ) un facteur indépendant de risque coronarien.

En analyse univariée, de nombreuses études prospectives ont montré une relation directe entre la triglycéridémie et l'incidence de la maladie coronaire, mais cette relation tend à s'atténuer dans les analyses multivariées, qui prennent en compte d'autres facteurs de risque tels que l'hypertension artérielle, la sédentarité, l'obésité, le HDL-cholestérol, les facteurs de coagulation ou les anomalies du métabolisme du glucose.

Une méta-analyse récente suggère que les triglycérides jouent un rôle additionnel aux autres facteurs de risque classiques (dont le HDL-cholestérol).

FORMES PEUDO-ISOLEES : c’est-à-dire Cholestérol total normal
Dosage des HDL et recherche d'un trouble du métabolisme du glucose ( diabète, prédiabète, syndrome X )
---- TG > 1,5 g/l
---- HDL < 0,45 g/l
Cette association représente un risque coronarien majoré et entre généralement dans le cadre d'un
hyper-insulinisme ( diabète - prédiabète - obésité androïde ) et donc dans les facteurs de risque associés ( Angor, HTA, Diabète )

Dyslipidémie et syndrome métabolique
Le syndrome métabolique intègre habituellement dans sa définition, une augmentation du tour de taille, des concentrations de triglycérides élevées, des concentrations de HDL-cholestérol basses, une élévation de la pression artérielle et des anomalies de la régulation glycémique incluant une insulino-résistance.
Le cumul de ces facteurs de risque est associé à un risque cardio-vasculaire élevé.
La prise en charge du syndrome métabolique fait appel à des mesures diététiques et à l’activité physique. A l’heure actuelle, aucun médicament n’a d’indication spécifique dans le traitement du syndrome métabolique.
La stratégie thérapeutique consiste à prendre en charge individuellement chaque facteur de risque.

À ce jour, il n'existe pas de preuve directe que le traitement de la seule hypertriglycéridémie s'accompagne d'une diminution du risque vasculaire, sans effet secondaire qui en occulterait l'intérêt 

 

 

 

 

Dyslipidémies mixtes :

Certains patients à haut risque peuvent nécessiter en deuxième intention une association d’hypolipémiants.

Le choix de l’association dépend de l’anomalie lipidique résiduelle sous monothérapie :

- pour abaisser le LDL-cholestérol, les associations statine+ézétimibe et statine+résine sont possibles ;

- pour agir sur les triglycérides et le HDL-cholestérol, l'association statine+acide nicotinique est possible. L’association statine + fénofibrate est classiquement déconseillée ; elle peut se discuter après avis spécialisé. Elle nécessite une surveillance clinique et biologique régulière et rigoureuse.

Repost 0

Articles Récents

Respect de la vie privée

Aucune mention relative à la vie privée, à l'état de santé personnel, au autre information confidentielle ne sera publiée sur ce site; notamment dans les commentaires des articles écrits par les visiteurs.

Les auteurs s'engagent à respecter les exigences légales de la protection des données personnelles et des informations médicales en vigueur en France.

Liens